9 Leçons que la vie d’entrepreneure m’a apprise

lecons-apprises-entrepreneure

Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas écrit un article d’humeur sur la vie d’entrepreneure, je m’y remets aujourd’hui suite à une inspiration reçu durant une nuit. Dans ce post, je vous partage 9 leçons que la vie d’entrepreneure m’a apprise et qui m’ont fait grandir de jour en jour pour être l’entrepreneure épanouie (enfin pas 24/24h non plus =p) que je suis, aujourd’hui.

1.

Bonjour les blocages

En 2016, en lisant le livre « Get rich lucky bitch » de Denise Duffield Thomas, j’ai plongé dans le monde des croyances limitantes en profondeur. Je me suis découverte de nombreuses blocages, des mémoires négatives sur l’argent, des formes d’auto-sabotage. J’ai accepté de plonger dans mon côté sombre pour sortir toute une liste de blocages (genre une quarantaine de blocages qui ont plus ou moins d’impact dans ma vie.)

Je continue toujours à travailler dessus, aujourd’hui car c’est un travail qui ne s’arrête pas. Je me suis d’ailleurs inscrite à la formation Money Bootcamp de Denise qui me fait encore plus plonger en profondeur! Plus on avance dans son entreprise et dans la vie, plus on (re)découvre des blocages. Un outil très puissant que je vous ai déjà partagé et que je vous repartage, c’est l’EFT – le tapping. Je vous partage la chaîne de Brad Yates qui offre de superbes séances EFT avec des scripts tout faits pour tous sortes de blocages dans les domaines de votre vie.

Je le répète encore: c’est un outil VRAIMENT puissant qui peut vous créer un gros shift dans le mental! En travaillant avec cet outil depuis plusieurs mois, j’avance beaucoup plus vite dans mon entreprise. J’attire également plus d’abondance, de clients, mes idées et mes actions s’alignent et des nouveaux projets naissent. Bref, testez-le et vous le constaterez de vous-même! (Je libère mes autres blocages sur les autres domaines de la vie grâce à ça!)

PS: Denise propose d’ailleurs une formation gratuite pour découvrir et libérer vos blocages sur l’argent!

 

2.

J’ai dépassé ma zone de confort

Se lancer comme entrepreneure, c’est déjà faire un énorme plongeon hors de la zone de confort. Mais l’aventure ne s’arrête pas là car en continuant sur ce chemin, on se trouve toujours à un moment ou à un autre à sortir encore un peu plus de notre zone de confort.

Parler argent, résoudre un conflit, premier appel téléphonique professionnel (alors que je n’aime pas parler au téléphone), premier rendez-vous client en face à face. Se dévoiler, se montrer en photo (j’ai caché mon visage pendant 2 ans d’entrepreneuriat avant d’oser me montrer) ou faire entendre sa voix en vidéo. Il y a des choses qu’on se trouve à faire pour toute la première fois et non seulement, c’est flippant mais aussi tellement gratifiant après que la chose soit passée. Je me sens toujours fière de moi après être sortie de ma zone de confort. Même si une situation se passerait mal, je me féliciterais tout de même car j’ai eu le courage de le faire.

Sortir de sa zone de confort de temps en temps vous permet de grandir et de vous découvrir des richesses cachées à l’intérieur de vous. L’entrepreneuriat est une aventure tellement formidable, un vrai plongeon à l’intérieur et hors de soi!

 

3.

Être authentiquement vulnérable

L’une des meilleures façons d’entreprendre est de se montrer tel que vous êtes avec vos forces et vos faiblesses. C’est bien pour les « petites » entreprises, vous ne vendez pas seulement vos produits-services mais vous vous vendez également à travers votre histoire et vos parcours.

Au moment où j’ai commencé à me dévoiler, à parler de ce qui m’inspire, de ce qui m’arrivait de vivre, des victoires et des périodes moins belles, j’ai eu l’impression d’avoir gagner +100 points d’entrepreneure. En étant authentique et en vous partageant un peu mes joies et mes déboires, je me suis sentie plus alignée à mon entreprise, plus vraie, plus authentique.

Les personnes de ma communauté ne me suivent pas seulement parce qu’elles aiment ce que je fais et mon univers mais aussi pour ce que je leur partage et pour mon histoire (et vous avez pas besoin d’être Oprah pour inspirer des gens!). Se montrer tel que l’on est dans son entreprise est une étape très… puissante, je dirais. C’est comme si on prenait notre juste place et qu’on n’avait pas besoin de se cacher derrière une jolie façade. C’est l’un des leviers qui a propulsé mon entreprise vers l’avant.

Cette année d’ailleurs, j’ai dévoilé mon côté taromancienne sur Instagram. Parce que j’en avais envie. Parce que les messages pouvaient aider les autres. J’avais peur qu’on me voit comme une « voyante woo-woo« , « une entrepreneure bizarre qui tire du tarot tss » mais non seulement j’ai osé mais en plus, j’ai découvert qu’il y avait d’autres entrepreneures comme moi qui tiraient aussi les cartes. Et en gros bonus, les messages que j’ai partagé avec le tarot ont aidé et inspiré des gens! Youhouwww! <3

Tout ça pour dire que ce que vous êtes, vos faiblesses et périodes sombres mais aussi tout ce qui peut vous rendre bizarre peuvent toujours aider les gens autour de vous, peuvent les encourager, inspirer, etc. C’est pas pour rien que vous êtes celle que vous êtes et que certaines personnes vous suivent: peut-être qu’il y a quelque chose en vous qui peut les aider à avancer sur leur propre chemin… un peu comme une sorte d’âme-soeur/guide qui arrive sur un chemin pour délivrer un message. Alors osez être authentiquement vous car quelque part une personne a besoin de ce vous êtes au fond de vous pour avancer vers sa propre version d’elle-même.

 

4.

Patience, my dear, patience!

La vie d’entrepreneure m’a appris plus que jamais à être patiente. Pas de succès en une nuit (mais plutôt en quelques années et encore c’est pas fini aujourd’hui). Chaque petit chose que vous faîtes aujourd’hui créeront ensemble leur grande répercussion dans l’avenir. Vos petits pas d’aujourd’hui vous mèneront dans plusieurs chemins de traverse et vous feront connaître la joie et des larmes tout au long du chemin mais également une énorme satisfaction et de belles victoires. Les choses n’arrivent peut-être pas rapidement mais elles arriveront bien tant que vous continuez à avancer.

J’avais l’habitude de râler lorsque quelque chose ne marchait pas comme prévu (surtout pour les bugs de site web qui me font râler encore de temps à autre). Lorsque ce genre de chose arrive, j’ai envie que tout soit régler là maintenant tout de suite et je me mets une pression de fou pour résoudre le problème. Mais j’apprends à me dire « okay stop, y a un petit bug, ça va, je vais pas mourir à cause de ça et le monde ne va pas s’arrêter de tourner dans une minute. Alors relax, si t’as besoin de te reposer, vas-y, tu continueras à chercher, demain! »

Cela fait presque 4 ans que je suis entrepreneure et autant vous l’avouer tout de suite: je ne vis pas encore de mon entreprise. Néanmoins, mon CA grimpe d’années en années. D’ailleurs là en 2017, je vais bientôt doubler mon CA de l’année dernière. Alors oui, j’avance, je patiente, j’agis et je sais que je finirais par atteindre mes objectifs.

 

5.

Dire non

« Tu me fais ça gratuit? Tu veux de la pub en échange? Echange de lien? Article rémunéré à 10€? Je peux poster ma pub tranquille dans ton groupe Facebook? » Non, chouquette d’amour, juste non.

Pourquoi ai-je tellement peur de dire non parfois? Peur que la personne se fâche, peur de générer des conflits. Peur de ne pas être vue comme la fille gentille parce que c’est connu, être gentille = être aimée. Ouais sauf que j’ai pas envie de faire foirer mon entreprise, mon blog, mon groupe Facebook, ma santé, mon éthique et tout ce qui fait que je suis Moi. Alors, j’apprends à dire non. Non. Non…! Et hop, c’est fini et on passe à autre chose. Ce n’était pas si difficile finalement, « non »? ;)

 

6.

Let it go, let it go!

Oui, je sais, vous en avez marre d’entendre cette chanson depuis sa sortie dans les salles. N’empêche j’adore cette chanson/scène pour tout ce qu’elle représente: lâcher prise de nos peurs, de nos blocages et des autres.

Quand on lance son entreprise, on veut du succès (et rapide steuplait!), on veut de la reconnaissance, on veut des millions de likes et de fans! On veut des compliments, on veut que tout soit parfait dès la première fois. Sauf que cela ne se passe JAMAIS comme ça.

L’entrepreneuriat est une aventure pleine de galères (et de joie à côté quand même), on a beau avoir mille-et-un objectifs et avancer – travailler encore et encore. Mais si vous ne lâchez pas prise, ça va mal finir pour vous et votre entreprise. (Burn out, stress, pression de fou et envie d’abandon)

Durant mes deux premières années d’entrepreneuriat, ce qui me mettait le plus la pression, c’étaient mes revenus. Ma famille ne cessait de me lancer des piques: « ah ouais, mais Aline, elle gagne pas beaucoup d’argent avec ce qu’elle fait », « elle pourrait reprendre ses études », « cherche du boulot ». Et laissez-moi vous dire que cela me faisait vraiment – mais alors vraiment ch*er AU MAX – j’ai même pleuré durant un Noël à cause de ça, bon sang de bonsoir!

Alors pour qu’ils arrêtent, je voulais gagner le plus d’argent le plus rapidement possible. Je travaillais jour et nuit sans aucun jour de repos, ni les week-ends, ni les jours fériés. Ma santé empirait, j’étais devenue insomniaque, j’avais du mal à m’endormir la nuit avec parfois des nuits blanches.

Puis, un jour, je me suis dit que c’était pas pour ça que j’étais devenue entrepreneure. C’était pour être plus libre et être en joie avec ce que je faisais mais cette pression de « gagner de l’argent » gâchait tout. Alors j’ai arrêté de m’infliger cela. En prenant des jours de week-ends et en ne travaillant pas en soirée, j’ai retrouvé ma santé et mon sommeil. Bon sang, quelle délivrance quand on ne s’occupe plus de ce que les autres peuvent vous dire!

 

7.

Aies connffiaaannnncceee

Et là, je ne vous parle pas que de la confiance en vous et en vos projets (ça c’est indispensable sinon vous tomberez toute seule sans même trébucher sur un caillou – ah et confiance en soi ne veut pas « i’m the best, je vais tout réussir! » mais plutôt « quoiqu’il arrive, je saurais me relever« ) mais aussi de la confiance en l’Univers (Dieu, la Source, Xena, Brad Pitt ou peu importe comment vous l’appelez).

Mon mantra, c’est « vos rêves vous ont choisi pour une raison« . Vous croyez que l’Univers vous envoie des rêves, des aspirations juste au pif? Non, sinon tout le monde se casserait la gu*ule tout le temps et le monde se transformerait en un chaos indéfinissable avec des gens qui marchent la tête en bas – okay, j’exagère.

Si vous avez envie – mais vraiment à-fond-super-envie de réaliser un rêve, c’est que vous êtes capable de le faire. Parce qu’il y a une intelligence au fond de vous qui sait que vous possédez les ressources nécessaires pour le réaliser (vos capacités, vos talents, vos qualités, vos forces, votre histoire). Et même si vous n’avez pas toutes les ressources en main de suite, à l’instant où vous posez l’intention de réaliser votre objectif, votre boussole intérieure va vous orienter vers les ressources / personnes dont vous avez besoin (si tant vous vous donnez la permission d’écouter votre intuition  et d’avancer avec votre flow).

 

8.

Lancez votre SOS!

Je suis du genre à me débrouiller par moi-même, du genre de la femme super indépendante et tellement auto-suffisante =p. Quand j’avais un souci ou une question concernant l’entrepreneuriat, je peux passer des heures à résoudre / chercher les réponses par moi-même alors qu’il y a des personnes compétentes / qui sont déjà passées par là qui peuvent m’aider.

Cette année 2017, j’ai osé demandé de l’aide à un pote concernant un bug sur mon site web. J’ai posé des questions sur des groupes Facebook. J’ai payé des prestataires pour régler des soucis informatiques. J’ai investi dans ma toute première formation à 4 chiffres: le fameux Money Bootcamp dont je vous parlais plus haut (je vous dis pas la trouille que j’avais mais heureusement l’excitation était plus forte que la peur!).

Vous n’avez pas à tout faire vous-même tout seul forever! Osez lancer un SOS et osez investir pour simplifier votre vie d’entrepreneure qui, franchement, peut se montrer assez dure comme ça sans que vous refusez d’utiliser vos ressources extérieures.

 

9.

« Oh Aline, tu es toute douce »

Mouais non pas toujours, pas tout le temps envers moi-même en tout cas. J’ai une tendance à vouloir faire plus. Être meilleure. Avoir plus. Depuis que je suis à fond dans le développement personnel, c’est pire: je travaille sur moi-même encore et encore tellement que parfois, je me rends compte que je cherche toujours à m’améliorer comme si être moi-même telle que je suis, aujourd’hui, n’était pas suffisant, que je devais toujours viser une meilleure version de moi-même.

De temps en temps, il y a une chose que m’a dite mon ancienne professeur de SVT en 5ème au collège ( y a 12 ans quand même) et dont je me souviens dans ce genre de période où je veux être plus – avoir plus – faire plus: « Aline, tu es dure envers toi-même« .

En fait, dans nos cours de SVT, on avait une fiche bilan à remplir à chaque cours pour nous auto-évaluer sur nos comportements/participation en classe. Donc bien sûr, j’essaie de me juger d’une manière « objective », et je coche – coche – coche les cases de mon bilan d’auto-évaluation. Pour moi, c’était totalement juste les notes que je m’étais donné. Mais ensuite, la prof a regardé mon bilan et m’a corrigé pour me donner de bien meilleurs notes en me disant: « tu es dure envers toi-même… »

Alors, oui, durant mes 4 ans d’entrepreneure, j’apprends toujours à être plus douce envers moi-même et à accepter-apprécier l’étape où j’en suis actuellement même si elle n’est pas parfaite et que je n’ai pas encore atteint ma vie idéale. J’veux dire, hey, j’ai que 27 ans, le monde n’attend pas de moi que j’ai un boulot parfait, beaucoup d’argent, l’achat d’une maison, un mari, une famille, une vie sociale parfaite, une santé impeccable, une vision de la vie ô si spirituelle… tout ça à même pas encore 30 ans! Alors, yes, je me relaaaaaaxe.


Waoh plus de 2300 mots pour cet article, je crois que j’ai battu mon record. =p Quand je relis tout ça et que je vois le chemin parcouru depuis mon lancement en 2013, je suis fière de tout ce que j’ai traversé, réussi et appris. Je l’ai dit récemment sur Twitter: l’entrepreneuriat est une forme de développement personnel et wah, quel chemin fascinant!
Ce mois d’été a été chargé en énergies pour moi. J’ai eu des prises de conscience, des vérités dévoilées, des nettoyages énergétiques et des changements par-ci et par-là en moi et à l’extérieur de moi. J’ai la vive impression d’avoir passer un cap, cet été et que je suis fraîchement prête pour la prochaine étape.
Et en plus, j’ai même investi dans ma toute première formation: j’ai rejoint le Money Bootcamp de Denise Duffield-Thomas! Sisi, l’auteur du livre « Get Rich Lucky Bitch » dont je vous parle tant!
Je vous informe également que mon planning de graphiste pour la saison de l’été est complet! C’est une grande victoire pour moi, c’est la première fois que j’ai toute une saison de complète. =p
Si vous avez envie de travailler avec moi pour la création de votre identité visuelle et de votre site web, il va falloir réserver votre place pour le dernier trimestre 2017 (seulement 2-3 places/mois de dispo). ;)

Commentaires Facebook
(Visité 176 fois, 1 visites aujourd'hui)

Comments

  1. Génial ton article Aline !
    Je me suis reconnue dans pas mal de points :o
    Et bravo pour ton record de mots qui sont sortis Dans La fluidité la plus totale j’en suis sûre :p

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll Up