La peur de vivre

 

(Crédit photo: See It Clear)

J’ai un ami qui a peur de vivre. Il rejette tout ce qui pourrait lui faire souffrir émotionnellement parlant. Il ne veut pas de relations amoureuses, il ne veut pas de « vraie » relation amicale. Du coup, je le considérais comme un ami mais lui ne me voyait seulement comme une simple « pote ». Il a peur d’être déçu par les gens, alors il ne veut pas de réelle relation.

 

Sauf qu’il passe à côté de beaucoup de chose. Je pense que les petites souffrances font partie de la vie, elles nous permettent de reconnaître le bonheur et de l’apprécier. Fuir ce qui nous fait peur, c’est fuir la vie.

 

La vie, c’est fait de haut et de bas. La vie, c’est tout un tas de couleurs plus ou moins claires, plus ou moins jolies à voir. La vie est faite d’imprévus, d’erreurs, de bonnes et de mauvaises surprises. C’est ce qui la rend magique. S’engager dans une relation que celle-ci soit amoureuse ou amicale, nous permet de connaître diverses émotions et ce sont celles-ci qui font de nous un être humain. Elles permettent d’alimenter la vie.

 

Choisir de voir sa vie en noir et blanc, c’est fade, c’est triste. Fuir les relations et les situations pour ne pas avoir à affronter les difficultés et pour éviter les imprévus qui risquent de nous déstabiliser, c’est lâche.

 

Si nous voulons vivre une vie, une vraie, il faut dépasser ses peurs. Accepter les surprises de la vie. Accepter de ressentir des émotions et des sentiments. Ecouter son cœur. Réaliser ses rêves. Vivre ici et maintenant. Vivre tout court.

Commentaires Facebook
(Visité 23 fois, 1 visites aujourd'hui)

Comments

  1. Je suis d’accord avec toi, il faut vivre et apprendre des difficultés et des erreurs (c’était d’ailleurs le thème d’un des premiers articles que j’avais lu sur ton blog !).

    Cela dit, je comprends ton ami. Parfois, on a vécu des choses si difficiles et parfois répétées, que l’on ne veut plus que se protéger ! Comme quelqu’un qui dit « plus jamais je ne tomberai amoureux » après une rupture très difficile ! Ou quelqu’un qui dit « plus jamais je ne boirai! » après une grosse gueule de bois !
    Mais en général, après du temps, on s’y remet. Il faut juste du temps pour « guérir ». Et un entourage pour ne pas rester enfermé avec ses blessures.

    J’aime beaucoup ton dernier paragraphe. C’est un très bon résumé.

    • Je comprends ce que tu veux dire, j’espère que mon ami saura s’ouvrir tôt ou tard…
      Merci pour tes commentaires sur mon blog! =)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll Up