La vie, c’est comme un dessin

 

(Crédit photo: Pajunen)

 

La vie, c’est comme un dessin. Nous traçons nous-même notre destin, nous choisissons nous-même les chemins que nous voulons suivre. Comme un illustrateur qui trace ses traits sur le papier, c’est à nous de faire nos propres choix et d’assumer nos actes. C’est à nous de choisir la façon dont nous souhaitons vivre notre vie et non les autres. Nous n’avons pas à accuser les autres ou la société de ruiner notre vie car vous seul aviez pris les décisions qui vous ont mené là où vous êtes aujourd’hui.

 

(Crédit image: Knopp)

Si jamais nous traçons un trait et que celui-ci ne nous plaît pas, nous pouvons toujours le gommer pour tracer un nouveau chemin. Il n’est jamais trop tard. Nous pouvons rectifier nos erreurs. L’événement en question ne s’effacera pas, il en restera peut-être toujours une infime trace mais nous pouvons créer quelque chose pour adoucir les conséquences, embellir le chemin… Cette trace du passé restera ancré là, nous ne l’oublierons pas mais d’une façon ou d’une autre, nous devrons l’accepter. C’est notre passé qui fait de nous ce que nous sommes aujourd’hui.

 

Aussi, lorsque nous remarquons que nous nous sommes trompés de chemin, nous pouvons toujours faire demi-tour pour en prendre un autre qui, peut-être, nous  correspondra mieux. Il est inutile d’avancer sur le même chemin lorsque vous savez que celui-ci ne vous mène nul part.

 

(Crédit photo: Meriirem)

Lorsque l’illustrateur se confronte à la page blanche, il cherche l’inspiration en lui ou autour de lui. Lorsque nous ne savons pas quoi faire de notre vie, nous nous plongeons en nous-même pour voir ce que nous pouvons révéler de nous-même vers autrui, ce que nous pouvons apporter au monde, ce que nous avions envie de dire ou de faire, peu importe l’ampleur de cette chose. Vous avez tous, en vous, une lumière qui ne demande qu’à se dévoiler tant que vous êtes prêts à l’écouter.

 

(Crédit photo: In color we trust)

Les débuts peuvent être difficiles, tout comme l’illustrateur débutant avec ses traits qui se révéler maladroits. Mais au fur et à mesure que nous apprenons des leçons que ce soit à travers nos situations, nos erreurs ou les autres, nous grandissons et nous devenons, petit à petit, la personne que nous souhaitions devenir. Nous nous réalisons. À partir de là, nous comprenons et vivons le bonheur. Le vrai bonheur et non celui que la société veut nous faire croire à travers les produits de consommation, l’argent ou un métier vide de sens.

 

(Crédit photo: Juliadavis)

Dans la vie comme dans le dessin, nous avons le droit de nous exprimer. Révéler ce qui est enfouit au fond de nous : les sentiments et les émotions, les idées, les rêves. S’exprimer nous permet de nous libérer. Une personne qui n’exprime jamais ses émotions, entrave ses démons en lui qui finiront plus tard par le bouffer de l’intérieur. Une personne qui renie ses rêves finira par avoir des regrets lorsque viendra son heure de partir.

 

Et le dessin que nous avons dessiné durant toute notre vie, privé de sa liberté et de ses rêves, finira à la poubelle. Une vie de gâchée. Au contraire, lorsque l’illustrateur accorde de l’importance à ses sentiments et à ses rêves, son œuvre sera exposé dans un musée et saura peut-être inspirer le monde à suivre leur chemin et non celui que la société tente de lui imposer. Faîtes en sorte que votre vie soit une inspiration pour d’autres.

 

(Crédit photo: Kattiany)

Quand j’étais en école d’art, mon professeur de dessin m’a dit: « tu peux être timide dans la vie mais pas en dessin, dessine en grand, prends toute la place ! » Alors dessinez en grand, voyez la vie en grand ! Il faut viser la lune pour atterrir dans les étoiles comme dirait le dicton populaire. Si vous vous mettez des limites dès le début, comment pouvez-vous aller loin dans la vie ? (dixit l’un de mes amis). Laissez-vous la liberté de rêver grand. Faîtes un petit pas chaque jour mais rêvez grand.

 

Le chemin des rêves peut être parsemé d’obstacles autant extérieurs qu’intérieur (vos peurs) mais tant que vous avancez pas à pas, vous finirez bien par atteindre votre destination, un jour. Comme dirait les deux citations dans le magazine Happinez : « Devant vous, s’étend l’inconnu. Rester sur place, c’est ne jamais le connaître. Mettre un pied devant l’autre, se mettre en mouvement, c’est déjà créer le chemin. Avec le désir comme itinéraire et l’âme comme boussole, vos pieds sauront où aller. » (1ere édition) ; « Un petit pas peut changer votre vie. » (2nd édition).

Commentaires Facebook
(Visité 30 fois, 1 visites aujourd'hui)

Comments

  1. Hello hello !
    J’ai beaucoup aimé te lire.. tu devais être fortiche en philosophie hihi :)
    C’est un beau texte plein de liberté et d’espoir.. Merci.. !
    et un peu hors sujet : tu as fait quoi comme études d’arts ?

    • Pour la philo, pas tellement lol!
      En tout cas, contente que mon texte t’ait parlé!
      Sinon, j’avais seulement fait une prépa en arts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *