[Anemya] Interview d’une sculpteuse de livre

 

la petite poucette

 

Aujourd’hui, j’ai décidé d’ouvrir une nouvelle catégorie pour ce blog: la catégorie Interviews! Cette catégorie présentera de jeunes créateurs, des passionnés, des entrepreneurs, des personnes hors du commun qui ont une vision de la vie qui leur est propre.

Grâce à ces interviews, vous aurez l’occasion de plonger dans l’univers fantastique des personnes (presque extraordinaires) qu’on ne rencontre pas tous les jours dans la rue.

 

Nous commençons avec Karine , une sculpteuse de livre débordante d’enthousiasme qui,avec sa passion et son talent, donne vie aux livres poussiéreux oubliés au coin d’une bibliothèque. Je la suis depuis longtemps sur Facebook, j’admire beaucoup son travail et il est donc normal que j’ai pensé à elle pour ma 1ère interview!

 

karine anemya

 

Qui êtes-vous?

 

Bonjour, Je m’appelle Karine, j’ai viens de passer la barre de la quarantaine et j’habite Carqueiranne, un village du Sud de la France. Je suis infirmière de formation et maman de 2 enfants de 10 et 15 ans.

 

Il y a quasiment 3 ans, la sculpture de livre a croisé mon chemin et depuis, l’émerveillement n’a jamais cessé ! J’ai cumulé les 2 activités pendant un temps, jusqu’à ne plus y arriver… Alors la vie, ses difficultés, les circonstances et mon état de santé m’ont fait sauter le pas ! Me voilà donc artiste professionnelle avec notamment un rêve: celui d’en vivre ! Bienvenue dans ma seconde vie !!! :)

 

Qu’est-ce qui vous a plongé dans le monde de la création?

 

Mon intérêt pour la création est la réponse à un fort besoin d’expression qui m’habite depuis l’enfance. Solitaire, timide et manquant de confiance en moi, j’ai eu besoin de m’exprimer …et je l’ai fait en silence. Ce fut d’abord à travers l’écriture d’un journal, de poèmes et de cours récits. Plus tard, j’ai découvert le « journalling », une branche du scrapbooking où l’on met en valeur une photographie personnelle, tout en y ajoutant du texte. En découvrant ensuite l’informatique et internet, je me suis tournée vers le montage digital où j’ai continué à exprimer les émotions qui me tourmentaient. De nature hyper-émotive, j’avais de la matière 1ère ! 

 

Petit à petit je me suis intéressée à la photographie artistique. J’ai alors investi dans un bel appareil reflex, des objectifs, des filtres, des manuels à gogo et j’ai appris. Cela m’a permis de me tourner, cette fois, vers l’extérieur et les autres. Ce fut une période incroyable où j’avais l’impression de découvrir le monde et ses beautés ! J’avais une soif d’apprendre telle, que je passais des jours et des nuits à étudier mes bouquins et à remplir mes cartes mémoire !

 

Poussée par l’enthousiasme de mes proches, j’ai alors décidé de proposer à la vente mes clichés. J’ai alors ouvert une boutique en ligne, puis participé à de petits marchés de créateurs et enfin déposé en expo-vente mes clichés dans une boutique près de chez moi. Mais parallèlement à cette nouvelle activité, ma vie personnelle a soudain basculé !

 

En effet, les épreuves de la vie n’épargnant rien ni personne, je me retrouvais dans un grand désarroi où mes besoins d’expression et de réalisation n’ont fait qu’accroître ! La photographie me passionnait, mais je savais qu’il me manquait quelque chose. J’avais besoin de créer de mes mains… Je ne sais pas l’expliquer autrement, mais c’est un besoin très tactile.

 

Et puis un jour, il y a un peu plus de 2 ans, surfant sur un site artistique, je suis tombée sur une sculpture de livre. Et là, ce fut le coup de foudre absolu, LA révélation ! J’avais devant les yeux un livre vivant ! C’était comme si je venais de prendre conscience que les histoires pouvaient devenir réelles ! C’était magique ! Je n’avais alors plus aucun doute, cet Art était fait pour moi!

 

poucette

 

Comment vous est venue l’idée de travailler avec les livres?

 

Comme je viens de le dire et ne croyant guère au hasard, je n’ai pas eu l’idée de travailler avec les livres, ce sont eux qui m’ont trouvée ! Ma réflexion fut brève: j’avais besoin de créer de mes mains, j’aimais lire, et je débordais d’une émotivité qui n’attendais que d’être exprimée ! L’évidence s’est imposée !

 

2012 fut alors pour moi, l’année de la découverte, de l’apprentissage… 

2013 fut celle de la présentation au public sur internet et de la confiance, avec mes 1ères ventes et mes 1ères commandes. 

2014 est l’année du choix de changement de carrière et de ma 1ère future grande exposition prévue pour la fin de l’année.

2015 sera je l’espère, l’année de la réalisation de grands projets, en France, mais aussi à l’étranger. Ma passion pour la langue anglaise m’y aidera !

2016 sera le moment du bilan et de la grande question fatidique: puis-je vivre de mon art ?…

 

Mais si j’accepte l’idée que c’est « la Vie », ou « le destin » qu’importe, qui a mis cet Art sur mon chemin, il n’en reste pas moins que ma volonté principale se doit d’être expliquée ! *

 

En effet, aimant chiner dans les foires aux puces, habitude héritée de mon père, j’ai appris à reconnaître ce sentiment désagréable qui s’emparait de moi devant la façon dont étaient traités les vieux livres, symboles de mon enfance et surtout symbole incontournable de notre Histoire à tous ! Les voir éparpillés dans les gravats ou entassés plein de poussière dans des cartons à demi éventrés, parmi d’autres ouvrages parfois moins chanceux et dont les pages s’envolaient au moindre souffle du mistral, je ne peux pas !!! Alors j’en sauve quelques uns et leur donne une seconde vie !

 

Je tente de rendre hommage au livre en tant qu’objet précieux et témoin de l’Histoire et aux auteurs qui nous ont offert évasion, poésie et émotions, tout au long de notre vie, grâce à leur imagination généreuse ! Un hommage qui se fait donc à travers le livre et son histoire, mais surtout par le livre lui-même! J’espère donner envie de lire. J’espère apporter poésie, évasion et un peu de magie tout en restant authentique.

 

Combien de temps en moyenne vous prend la confection d’une sculpture?

 

Si l’on met de côté les semaines de recherche intensive pour acquérir quelques bases techniques de découpage/collage, indispensables avant d’oser transformer mon 1er livre, ma toute 1ère sculpture « La Fée aux Papillons », m’aura demandé environ une dizaine d’heures de travail…

 

fée au papillon

 

Les suivantes auront demandé à chaque fois plus de temps. De 10h, je suis passée à 30, puis 60, jusqu’à atteindre plus de 200h avec la toute dernière sculpture: « La Petite Fille aux Allumettes ».

 

petite-fille-allumette

 

Je peux donc dire qu’il me faut aujourd’hui , en moyenne, 6 à 8 semaines pour réaliser une sculpture. Le tout (découpage,collage,électricité…) réalisé bien entendu à la main et par moi-même.

Je ne compte pas le temps consacré en amont, à la lecture du livre, à la réflexion qui en découle pour trouver LA scène représentative de l’histoire, avec ses détails de scénographie et qui répondra en même temps aux exigences techniques de l’emballage en vue d’un transport postal éventuel… Et j’en passe ! C’est un long processus, qui fait de mon travail, je l’espère, un travail de qualité !

 

Si vous deviez vivre dans un livre, lequel serait-ce et pourquoi?

 

Alors là c’est une réponse qui s’impose encore une fois ! Je vivrais dans le journal qu’a tenu Hans Christian Andersen tout au long de sa vie ! Qui n’a pas connu les contes qui ont bercé notre enfance, comme Le vilain petit canard, ou La petite sirène, La petite Poucette ou encore La petite fille aux allumettes !? Au total, 156 contes qui ont rendu Andersen célèbre à travers la planète entière depuis le milieu du 19ème siècle !

 

Mais mon profond coup de coeur provient davantage de ce que j’ai découvert du reste de son oeuvre. En effet, les contes ne sont que la partie émergée de l’iceberg !!! Il a aussi écrit des pièces de théâtre, des romans, des récits de voyages, des poèmes ou encore un journal de plusieurs dizaines de tomes !!! Le tout quasiment autobiographique et qui nous permet de constater qu’Andersen lui-même n’était que poésie !

 

C’est donc dans le journal qu’il a tenu toute sa vie que j’aurais aimé vivre ! J’aurais voulu savoir, comprendre et connaître cet homme qui, malgré une nature tourmentée, a choisi, à raison, de suivre la voie que lui dictait son coeur! Andersen est devenu mon guide !

 

Y a t-il des livres qui ont changé votre façon de voir les choses?

 

En dehors de cette révélation qu’a été Andersen, il existe effectivement des livres qui ont eu le même effet soudain sur moi et qui m’ont offert une vue nouvelle sur la Vie. Ce sont « Plaidoyer pour le bonheur » de Mathieu Ricard et tous les livres de Péma Chodron, nonne bouddhiste.

 

Ces livres m’ont appris que quelle que soit la situation dans laquelle on se trouve, le « Bonheur » est toujours possible. Que ce dernier, après lequel nous courrons tous, ne se trouve pas à l’extérieur de nous dans les possessions matérielles, ni au bout du chemin que l’on prend ! Le « Bonheur » est tout simplement le chemin lui-même et se trouve en nous-même ! Cela rejoint le « Carpé Diem » du Professeur Keating incarné par Robin Williams dans Le cercle des poètes disparus et qui est LE film qui m’a bouleversée et inspirée, quand j’étais toute jeune !

 

Mais attention, ne croyez pas que je suis à l’image de ce que j’ai lu ou vu ! Je suis plutôt de celles que la tempête des émotions humaines fait plier bien souvent !! Si l’on reprend l’image du roseau qui plie mais ne casse pas, disons que la dernière bourrasque m’a couchée au sol et qu’aujourd’hui grâce notamment à mes sculptures, je reprends petit à petit courbure naturelle ! :) 

 

Enfin, et si vous nous présentiez l’une des créations dont vous en êtes la plus fière?

 

Compte tenu des défis relevés, je pourrais vous dire que la sculpture de « La petite fille aux allumettes » est celle dont je suis la plus satisfaite ! Je le suis, mais celle dont je suis la plus fière, c’est celle que j’ai créé en secret, pour une amie chère à mon coeur, c’est « La maison de papier » ! L’Amitié, la vraie, est un bonheur exceptionnel et rare, et ce fut un honneur pour moi de la célébrer à travers une sculpture de livre !

 

Mon amie, « bibliovore », rêvait de posséder une bibliothèque unique ? J’en ai créé une pour elle ! Elle restait très attachée à ses 2 chats disparus ? Revoici Pompon et Rocky ! Mon amie possédait un cadeau précieux, symbole d’amitié ? Revoici cette rose d’or posée sur l’étagère ! J’y ai ajouté les mots d’amour de sa moitié, un message caché dans un livre… Oui, j’en suis très fière !! D’autant plus que j’ai pu assister à la remise de la surprise et vu les larmes d’émotion de mon amie…

 

sculpture livre

 

De toute façon, je suis très chanceuse car les sculptures que je crée servent, en général, à déclarer de beaux sentiments. En effet, derrière chaque demande de création personnalisée, se cache le souhait de dire « je t’aime » et je suis fière d’être l’intermédiaire de ces précieux échanges !

 

Voilà donc pour cette interview ! Je remercie donc Aline qui m’a offert l’opportunité de vous en révéler un peu plus sur moi et sur ma démarche artistique et j’espère que vous avez apprécié !

 

Vous pourrez suivre mon aventure au pays des livres sur ma page Facebook Anemya Photos Créations que j’utilise comme un blog et qui est donc assez vivante ! Retrouvez également l’article sur la démarche artistique d’Anemya.

Pour toute demande de création personnalisée, ou pour obtenir une fiche des tarifs des sculptures encore disponibles à la vente, n’hésitez pas à me contacter par email: apcreations2 [a] gmail.com ! Je réponds toujours et il n’y a aucune obligation d’achat ! :)

 

Enfin, vous trouverez à la vente des cartes postales de collection reprenant les visuels des sculptures originales sur ALM Anemya Photo Créations et sur Etsy Anemya Book Sculptures.

Merci de votre attention et à bientôt, Karine.

 

 

Je remercie Karine pour cette interview qui m’a rempli d’émerveillement et d’espoir surtout à la lecture de son paragraphe sur le bonheur avec sa phrase: « Le « Bonheur » est tout simplement le chemin lui-même et se trouve en nous-même ! » (Elle m’a rappelé une citation que j’avais lu dans une BD de Mickey – La Chasse au Trésor: « En fin de compte, c’est l’aventure elle-même qui est le trésor. » -Oui, je lis Mickey, haha) J’espère que vous appréciez son travail tout autant que moi!

(J’ai hésité pour le titre de l’article, quand il s’agit d’une femme, on dit « sculpteuse », « sculptrice » ou « sculpteur »? u_u)

 

 

Commentaires Facebook
(Visité 14 fois, 1 visites aujourd'hui)

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll Up